La Commission restreinte Euthanasie mène actuellement une réflexion sur les questions éthiques qui se sont posées dans la pratique à propos de la déclaration anticipée d’euthanasie  et étudie la pertinence éventuelle, au plan éthique, d’élargir la déclaration anticipée d’euthanasie  aux personnes qui souffrent d’une pathologie les privant brutalement ou de façon progressive, de leur capacité de décider par et pour elles-mêmes, tout en ne les plongeant pas dans une situation d’inconscience  irréversible telle que visée par la loi actuelle. Sont, dans cette perspective, concernées les personnes atteintes  de maladies neurodégénératives (Alzheimer, chorée de Huntington,…) ou cérébro-lésées des suites d’un accident dans l’hypothèse où elles auraient rempli une telle déclaration avant l’entrée dans la maladie ou la survenue d’un accident.

Dans le cadre de leurs travaux, la commission a invité la LUSS pour avoir son éclairage. La Ligue Huntington a participé à la discussion le 9 janvier dernier et a fait part aux membres de la commission des problématiques rencontrées sur le terrain. Une représentante de l’association dingingdong  était également présente.

Nous vous tiendrons informés des discussions et suites de ces discussions.