La LUSS a parrainé une séance de courts-métrages dans le cadre de la 5ème édition du Festival sur la thématique « regards et préjugés ». Une dizaine de courts métrages ont été présentés portant sur diverses réalités du handicap et la perception souvent erronée que l’on peut en avoir.

Un débat s’en est suivi au cours duquel on a évoqué notamment les difficultés vécues par certains étudiants en situation de handicap dans leur parcours dans l’enseignement supérieur (manque de soutien). On a rappelé les manquements de la Belgique à ses obligations internationales en matière de handicap.

La LUSS a évoqué les difficultés vécues par certains patients chroniques de faire reconnaître leur handicap (notamment dans le cadre des procédures administratives). Certains font face si pas au déni mais au moins à une attitude visant à minimiser l’impact de la maladie sur la vie quotidienne.
Une cinquantaine de personnes étaient présentes à la séance.

Un des films projetés (« la connerie bientôt reconnue comme handicap ») lors de la séance a été primé.
De manière générale, on peut retenir de ce Festival l’excellente qualité des films et courts métrages présentés où bien souvent les personnes en situation de handicap étaient actrices (avec beaucoup de talent !). On est passé de l’émotion à l’humour dans un climat de très grand respect.

Un tout grand merci doit être adressé à l’équipe organisatrice de ce Festival dirigée par Luc BOLAND pour la qualité de la collaboration et le grand professionnalisme dont elle a fait toujours preuve.
Rendez-vous dans deux ans pour la prochaine édition !

La LUSS va examiner la possibilité de pouvoir présenter certaines de ces réalisations lors d’activités dans le courant de l’année 2020. Affaire à suivre !