Début novembre s’est déroulé à Namur un magnifique Festival sur la thématique du handicap (The Extraordinary Film Festival) auquel la LUSS s’est pleinement associée. De nombreux courts-métrages, documentaires et films ont mis en évidence le courage, la ténacité et la volonté des personnes en situation d’handicap : elles osent passer outre leur handicap et surtout les préjugés ou regards déplacés. Finalement, les personnes les plus mal à l’aise pour aborder la question du handicap ne sont pas toujours les personnes qui le vivent mais plutôt les personnes proches, les amis, chacun d’entre nous soi-disant normal.

 

La journée internationale des personnes handicapées de ce 3 décembre, c’est l’occasion de dépasser nos peurs, nos questionnements, nos hésitations et nos préjugés, et de combattre les obstacles à l’intégration des personnes en situation de handicap.

 

Pensons aussi que le handicap ne se voit pas toujours mais la souffrance, elle, est bien réelle et ressentie. La Ligue des Usagers des Services de Santé (LUSS) a reçu à cet égard un certain nombre de témoignages de patients atteints d’un handicap invisible, d’une maladie chronique ou d’une maladie rare, et qui se voient reprocher de continuellement se plaindre alors que ces reproches sont sans fondement.

Les associations de patients nous rappellent régulièrement la complexité et la diversité des problèmes vécus par les personnes en situation de handicap et les patients chroniques : tracasseries administratives, perte de revenus, diminution de l’autonomie, douleurs… Ce n’est pas nécessaire d’en rajouter par nos préjugés, nos discours parfois accusateurs et nos regards troublés !

Apprenons donc à accepter l’autre, tel qu’il est, dans sa richesse et dans sa différence !